Roue d'OR Sanaryenne : site officiel du club de cyclisme de SANARY SUR MER - clubeo

EN MODE BAROUDEUR...

14 août 2018 - 15:00

L’excellent Fred !!

200, 300, 400, et 600

Les 200 km sont avalés tous cru avec le B’twin, sur un parcours classique des organisations du Triple Plateau Gardéen, passant par Pierrefeu, La Garde Freinet, Vidauban, Cotignac, La Roquebrussanne, Rocbaron…avec un temps total (Arrêts compris) de 08h00.

 Pour le 300 km ce fut plus laborieux à partir de cette distance la randonneuse est de sortie. Le parcours est plus accidenté avec les montées de Mazaugues, du pas de la Couelle, et les cols de Portes, du grand Sambuc, de Montfuron, avec un retour par Manosque, Gréoux les bains, Esparon du verdon, Carces, Flassans, et Pierrefeu. Je termine à la ramasse, en 17h40 mon plus mauvais temps sur 300km. Je décide par la suite de changer de train roulant (à défaut de pouvoir changer les jambes) pour  du plus léger et du plus réactif.

C’est à Feurs, au nord de St Etienne que se déroule le 400km, avec une ascension d’entrée, je reste bien calé dans un petit groupe, des marquages au sol révèlent que nous sommes sur une partie du parcours du tour du Roannais, lieu d’exploits des ROSsiens. Au km 200 je rejoins, Philippe un cyclo de St Pourçain/Sioule, un petit gars de l’Allier…de circonstance avec lequel je vais terminer ce brevet à un rythme soutenu. La montée de la Loge des Gardes, faite de nuit, me fait mal aux pattes mais je tiens bon, les nouvelles roues font leur office.  On se relaye bien mais j’ai un peu honte car mon éclairage est trop faible, va falloir le changer. On arrive à Feurs à 02h00 du matin, bien fatigués, et je remercie chaleureusement mon compagnon de route grâce à qui j’ai gagné une heure, au moins.  (Tps des 400 : 20h00)

La météo exécrable de ce printemps a eu raison des 600km de Grenoble, (un aller-retour et une nuit d’hôtel pour rien, ça chamboule mon calendrier) je me rabats sur le 600 km de Bellerive/Allier à proximité de Vichy.

On monte Nord, Nord-Ouest, avec le vent de face jusqu’au sud d’Orléans.  Je retrouve Philippe, rencontré sur le 400, avec lequel je vais parcourir les 250 premiers km, mais il va trop vite pour moi, je préfère le laisser partir et rouler à mon rythme. Passage par Chambord, où l’on croise les participants (dans les brevets on ne parle pas de concurrents) du 600km d’Angers, on se salut de la marque de politesse mais aussi d’égard qui lie les cyclos aux longs cours. Une pause repas à St Aignan et j’attaque la nuit sur de grandes lignes droites bien bosselées qui rappellent celles que l’on trouve sur le parcours de Paris-Brest-Paris. C’est le moment de tester mes nouveaux feux de route, miracle! Tellement que ça éclaire bien, je vois presque les bruits, quel confort et c’est du stress en moins.

Cependant la fatigue se fait sentir et l’envie de dormir aussi, mais tant que les jambes tournent il faut avancer, toutefois je me sens bien et je m’impose de rester sur le 39 dent.

A l’aube j’atteins le charmant petit village de Hérisson dans l’Allier, je fais une pause syndicale car le final n’est pas de tout repos et pour accéder au village de Le Montet (km 560) il requiert d’escalader une succession de rampes bien raides. Là, je suis sur le 39x32, mon dérailleur arrière de vtt me le permet et mes jambes ne le remercieront jamais assez. Le Final est beaucoup plus roulant et c’est avec le temps total de 31h40 que je termine ce 600km, un beau parcours, pas de pluie, pas d’incident et des automobilistes qui s’écartent lorsqu’ils dépassent, pour moi c’est nickel.

Voilà, c’était mes aventures du printemps, les prochaines sont prévues la dernière semaine d’août, si la météo le permet.

Ma randonneuse : un Giant, alu, de 10 ans, en triple 50x39x30 et 11x32, roues aksium, porte bagages, sacoches B’twin étanches, pneus Continental 4 saisons 28mm, pédales et chaussures vtt, feux Bush & Muller Ixon Iq prémium. On oublie le poids.

Mention spéciale aux tenues Rapha, maillots « brevets » (le maillot manches longues est doublé mérinos, le top !), la veste coupe-vent et pluie « Gavia » (de Rapha aussi), les cuissards Assos et Chef de file, les jambières imperméables de Ekoi, et les gants hiver imperméables de Shimano, certes ces vêtements ne sont pas aux couleurs de la R.O. mais, (le Préz  me le pardonnera j’espère), sur les longues distances, lorsque l’on roule jour et nuit,  pour lutter contre les variations de températures, le froid, et l’humidité je n’ai rien trouvé de mieux.

Fred Vacarella.

 

Commentaires

Staff
GUY GENCEL
GUY GENCEL 15 août 2018 08:41
Compétiteur

Magnifique. Repos mérité.

Hervé Buisson 15 août 2018 08:31
Compétiteur

Bravo pour ce périple Fred et bonne recup ...

Staff
frédéric vacarella
frédéric vacarella 14 août 2018 21:48
Compétiteur

Passage du mode baroudeur en mode cascadeur, ce soir en rentrant du boulot en vélo, une conductrice ne m'ayant pas vu, m'a coupé la route. petit tour à l'hôpital, pas de fracture, deux hématomes au bras et à la hanche. Rien de grave, mais content de rouler casqué. Le vélo on verra demain. toujours motivé.